Soutenance d’HDR de Lorenzo Barrault-Stella

Lorenzo Barrault-Stella soutient son habilitation à diriger des recherches le 11 décembre 2023 à 14h30, en salle B 108 (1er étage) à Sciences Po Paris, 1 place Saint-Thomas d’Aquin, 75007 Paris.

Le dossier d’HDR comprend :
Volume 1 – Un parcours autour de, dans, avec et contre l’État.
Volume 2 – Mémoire original : Faire avec l’État. Étatisations, résistances et conformations des gouverné·e·s à l’ordre politique dans les sociétés différenciées.
Volume 3 – Recueil de publications : Gouverner et être gouverné·e.

Le jury est composé de :

  • Philippe Bezès, Directeur de recherche au CNRS, Sciences Po Paris (garant et rapporteur)
  • Brigitte Gaïti, Professeure des Universités, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (rapportrice)
  • Laurent Jeanpierre, Professeur des Universités, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • Patrick Le Galès, Directeur de recherche au CNRS, Sciences Po Paris
  • Yasmine Siblot, Professeure des Universités, Université Paris 8
  • Johanna Siméant-Germanos, Professeure des Universités, École normale supérieure (rapportrice)

_________________

Faire avec l’État. Étatisations, résistances et conformations des gouverné·e·s à l’ordre politique dans les sociétés différenciées (472 pages + annexes)

La recherche présentée au volume 2 revisite à nouveaux frais la question, classique, des relations entre la puissance publique et les populations dans les sociétés hautement différenciées (i.e. organisées en de multiples espaces ou champs variablement autonomes). Soucieuse de restituer les liens entre ordre politique et ordre social de manière dynamique, cette recherche originale repose sur une double enquête, théorique et empirique.

Une partie du volume consiste en une mise en relation et une discussion de travaux très diversifiés de science politique (comportements politiques, sociologie électorale, action collective, État, analyse des politiques publiques), de sociologie (du droit, des rapports aux institutions administratives, des « épreuves » d’État, des rapports sociaux de classes/de sexe /de race), d’anthropologie (autour de l’escapisme, des arts de ne pas être gouverné et des rapports quotidiens aux bureaucraties comme à l’État), et d’histoire (quant aux variétés de l’État, aux adresses aux autorités, et à la centralité des dynamiques de situation) ayant abordé une dimension ou une autre des liens entre les groupes sociaux gouverné·e·s (les « citoyens », les « justiciables », « les « publics », les « contribuables », les « électeurs », les « ressortissants », etc.) et l’ordre politique (le champ politique, les administrations, le droit, les politiques publiques, les institutions investies de la puissance publique dans leur diversité) dans les sociétés européennes mais aussi ailleurs. A rebours du cloisonnement des champs de recherche, l’enjeu est de les faire dialoguer de manière interdisciplinaire pour outiller une construction d’objet transversale susceptible de rendre intelligible la condition plurielle de gouverné·e caractérisant les sociétés différenciées, évidemment variablement selon leur structure sociale, leurs organisations institutionnelles comme leurs trajectoires historiques. Si l’on accepte de ne pas limiter les interrogations à une parcelle de l’ordre politique (par exemple les liens avec la politique instituée, ou le droit, ou une unique institution, ou la réception de tel ou tel dispositif public) pour observer les interdépendances entre les usages de plusieurs de ses composantes, alors il faut admettre que les mêmes individus font presque toujours – dans les contextes fortement étatisés au moins – l’expérience synchronique comme diachronique d’une multitudes d’institutions politiques ou bureaucratiques et de politiques publiques. Contournant le problème de la parcellisation de la puissance publique dans les sciences sociales, le questionnement transversal de cette recherche porte en ce sens sur les articulations des pratiques « ordinaires » de l’État (individuelles comme collectives) par les individus des différents groupes sociaux, pour interroger certains mécanismes encore méconnus de sustentation de l’ordre politique dans les sociétés où la puissance publique se déploie, à travers des intermédiations plurielles et mouvantes, de manière multisectorielle. Quelle est la consistance du pouvoir politique du point de vue des gouverné·e·s dans ces sociétés et, dans un contexte historique de reconfigurations des institutions où les régulations politiques tendent à être invisibilisées (­soit l’essor du Submerged State liée à l’autonomisation croissantes des activités politiques, les réformes étatiques continuelles comme certaines reconfigurations du capitalisme), comment y expliquer les régularités comme les logiques de la variabilité de leurs conduites ?

Une autre partie du volume opérationnalise empiriquement les propositions théoriques avancées, à partir de deux enquêtes ethnographiques menées en France dans deux espaces sociaux localisés très contrastés (mais présentant tous deux une grande diversité sociale comme politique) et aux présences étatiques très inégales (l’un urbain et dense, l’autre rural et montagnard particulièrement isolé). Autorisant une observation temporalisée des conduites dans différents domaines de la pratique, le suivi longitudinal (à partir d’observations, d’entretiens répétés, d’archives administratives personnelles) pendant dix ans (2013-2023) d’une cinquantaine de ménages – aux trajectoires, propriétés et ressources très inégales (de différentes strates des classes populaires, des minorités raciales ou non, aux différentes fractions des classes supérieures en passant par une grande diversité d’intermédiaires du public comme du privé), mobilisés ou non dans diverses formes d’actions collectives – vivant au sein de ces deux territoires permet de restituer les agencements de leurs configurations de dispositions face aux institutions, des configurations mouvantes d’exposition à la puissance publique dans lesquelles ils sont prises, et des logiques de situation façonnant leurs pratiques face aux diverses composantes de l’ordre politique (champ politique, État, bureaucraties, politiques publiques). L’emprise des institutions comme les prises qu’elles fournissent aux gouverné·e·s peuvent alors être saisies de manière multisectorielle, en prenant au sérieux les diverses inégalités sociales, la variabilité socio-spatiale des formes d’encadrement politique tout autant que l’élasticité situationnelle de l’État par la comparaison de ce qui se passe dans différentes classes de situations (routinières, contestataires, électorales, critiques). La perspective comparative et relationnelle autorise alors à disséquer l’entrelacement des logiques dispositionnelles et des logiques de situation dans le façonnage des conduites des gouverné·e·s face aux institutions politiques et bureaucratiques. Le temps long des socialisations aux institutions (l’étatisation des gouverné·e·s) est saisi en lien direct avec le temps court des expériences concrètes des diverses manifestations de la puissance publique (l’étatisation des situations). La recherche restitue au total l’économie des pratiques « ordinaires » de l’État dans la France contemporaine, proposant des clefs d’analyse de portée plus générale pour étudier la diversité des usages sociaux des institutions (conformations, résistances, critiques, protestations, arts de faire et bien d’autres choses encore) dans les sociétés différenciées, au déploiement multisectoriel du pouvoir politique.

La conclusion aborde les implications de portée générale du « modèle » avancé et des processus dégagés au fil du mémoire. Outre les prolongements de la théorie générale de la pratique vers une prise en compte plus équilibrée des dispositions, des institutions (faites corps comme faites choses) et des logiques de situation dans la détermination des conduites, la socialisation aujourd’hui exacerbée de l’État amène à redéfinir le type de domination politique qu’équipe désormais les institutions publiques dans les sociétés « occidentales » comme la France, à l’étatisation ancienne, continuelle et protéiforme. L’État n’y incarne plus seulement une domination à travers une « autorité légale-rationnelle » comme dans la conception wébérienne classique, mais aussi un mode de domination « en vertu d’une configuration d’intérêts »qui se passe de plus en plus du consentement des gouverné·e·s ou de leur croyance en la légitimité du pouvoir et dont les différents groupes sociaux peuvent tirer des profits très inégaux. Cette transformation historique pourrait bien s’inscrire dans un processus de rationalisation des modes de domination : elle a des implications sur les mécanismes de sustentation de l’ordre politique comme sur ses possibilités d’effondrement, l’analyse contribuant en creux aux réflexions relatives aux processus de (non) émergence des crises politiques et à l’entretien de l’ordre social.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
RT50 Socialisations (7 décembre 2023). Soutenance d’HDR de Lorenzo Barrault-Stella. Socialisations . Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pp0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search