Portrait de jeune chercheur : Julien Vitores, “La socialisation par la nature”

Portrait de Julien Vitores
Julien Vitores

Julien Vitores est docteur en sociologie. Il a récemment soutenu sa thèse intitulée “La socialisation par la nature. Usages des biens naturels et reproduction des rapports sociaux dans l’enfance”. Il était dirigé par Christine Mennesson (LASSP – IEP Toulouse) et Wilfried Lignier (CESSP – CNRS-EHESS).

  • Comment en es-tu arrivé à travailler sur ce sujet ?

Au départ, le choix de ce sujet découle d’une envie de travailler sur la sociologie de l’enfance et de la socialisation. En master, je suivais le séminaire de Wilfried Lignier et Julie Pagis sur ces questions à l’EHESS, et j’étais passionné par les perspectives de recherches qu’il ouvrait sur la sociogenèse des dispositions dès le plus jeune âge. J’ai contacté Wilfried Lignier pour lui demander d’encadrer mon travail de M2, et j’avais envisagé plusieurs objets de recherche. J’avais notamment envisagé de travailler sur la formation des « compétences » et « appétences » critiques des enfants, ou sur la genèse de leurs dispositions scientifiques. Sur ce dernier sujet, j’ai découvert à ce moment l’existence de la thèse de Clémence Perronnet[1], qu’elle était en train de terminer à l’époque. Donc il y avait un peu un côté « oh zut, le créneau est pris ! », et en même temps c’est un travail qui m’a beaucoup intéressé et auquel je me suis beaucoup référé par la suite. Il y a aussi la thèse de Anne-Cécile Ott[2] sur les rapports au « monde » des enfants, au sens géographique, qui traitait de questions qui m’intéressaient beaucoup.

Finalement c’est en discutant avec Wilfried Lignier qu’a émergé l’idée de travailler sur la place des animaux dans la socialisation enfantine. Le constat de départ était que les animaux (et leurs représentations) étaient omniprésents dans les univers conçus comme « adaptés » aux enfants, et que ça méritait en soi d’en faire l’objet d’une recherche. Ça m’a semblé constituer une voie d’entrée intéressante pour aborder la formation des dispositions dans la prime enfance, pas forcément en se concentrant a priori sur tel ou tel type de dispositions, mais en s’interrogeant sur les moyens et agents de la socialisation, et en l’occurrence sur ces agents particuliers que sont les animaux.

 J’ai donc réalisé mon mémoire de M2 sur les visites enfantines au zoo[3], et c’est dans ce contexte que la question plus générale de « la nature » a attiré mon attention. J’ai rencontré un certain nombre de parents (en particulier dans les classes moyennes et supérieures) qui m’expliquaient que la sortie était un moyen de « faire voir » la nature à leurs enfants. Et pour le résumer simplement, c’est un peu ce qui a servi de point de départ à mon travail de thèse : pourquoi est-ce qu’il apparaissait si important de faire « découvrir » la nature aux enfants ? Par ailleurs, la période (milieu-fin des années 2010) était marquée par une forme d’effervescence pédagogique autour des bienfaits du « contact » des enfants avec la nature, ce qui a achevé de me convaincre qu’il y avait là matière à en faire l’objet même de ma recherche.

  • Quelles sont tes principales références théoriques ? Comment mobilises-tu la notion de socialisation dans ta recherche ?

Alors c’est difficile de seulement isoler quelques références principales, parce qu’à cause du (ou grâce au) caractère un peu vaste de la notion (« la nature ») qui me servait de point d’entrée, j’ai finalement travaillé à partir de littératures assez diverses.

Au-delà des thèses récentes évoquées ci-dessus, relativement peu de travaux portaient sur ces questions en sociologie (en tout cas dans la sociologie française ou francophone). Donc je suis d’abord allé regarder du côté de la psychologie du développement, de la psychologie sociale et culturelle, et j’ai trouvé de très nombreuses références sur ces questions, je pense notamment aux travaux de Peter H. Kahn ou de Louise Chawla aux États-Unis. C’était assez stimulant à lire dans la mesure où il y avait de nombreuses intuitions assez proches de ce qu’on a l’habitude de lire ou de faire en sociologie (l’idée qu’il y a des autruis significatifs qui jouent un rôle dans la construction du rapport à la nature, l’idée que la socialisation engage des expériences répétées, etc.). Et en même temps, ces travaux me semblaient bien souvent « pauvres » pour analyser les rapports sociaux dans lesquels sont inscrits les enfants, les grandes variations de leurs conditions d’existence, etc. En plus d’avoir tendance à universaliser l’enfance, la plupart de ces travaux charriaient une conception quelque peu idéalisée de « la nature » et de ses vertus.

À côté de ça, je lisais aussi des travaux d’anthropologie, qui permettaient de souligner la grande diversité des modes de socialisation (et donc des formes de « développement ») des enfants, tout en insistant sur le fait que le rapport à la « nature » devait lui aussi être contextualisé. Je pense bien sûr aux travaux de Philippe Descola, qui font aujourd’hui référence en France, mais aussi à ceux de Romain Simenel ou de Nurit Bird-David. Pour autant, là aussi les distinctions sociales, les positions asymétriques des individus dans des rapports de pouvoir, pouvaient parfois être minorées au détriment de la mise en évidence de spécificités culturelles propres à des collectifs et sociétés distinctes. Et l’analyse précise de la sociogenèse des usages du monde « naturel » me semblait parfois manquante, ou incomplète.

Pour en venir aux travaux sociologiques, j’ai tout de même pu m’appuyer sur la thèse de Marie Jacqué[4], qui portait sur l’institutionnalisation de l’éducation à l’environnement en France, et qui a ouvert pas mal de pistes. Mais il ne s’agissait pas non plus d’une sociologie de l’enfance attentive aux processus de socialisation, mais plutôt d’une étude sur la professionnalisation des éducateurs·ices. Pour travailler sur la socialisation enfantine, je me suis donc inscrit dans la continuité des travaux récents qui ont étudié les processus de socialisation et leur contribution à la reproduction des rapports sociaux : qu’il s’agisse de ceux de Wilfried Lignier et Julie Pagis justement, mais aussi de Martine Court, Muriel Darmon, Bernard Lahire, Christine Mennesson, etc. L’idée était alors d’étudier les usages des biens dits « naturels » comme des biens culturels à part entière, les pratiques de « nature » comme des pratiques culturelles comme les autres, ou du moins analogues à bien d’autres pratiques enfantines. À ce sujet, je peux également souligner l’intérêt que j’ai eu à travailler à partir des textes de Jean-Claude Chamboredon, qui avait à la fois étudié les instruments de socialisation et leur inscription dans des définitions sociales de l’enfance, mais également (dans d’autres travaux) les usages socialement différenciés du cadre naturel[5].

  • Quelle est ton terrain, ta méthode d’enquête, et comment l’enquête s’est-elle déroulée ?

Pour la thèse, j’ai travaillé à partir du contexte scolaire, dans des écoles maternelles. J’ai commencé par enquêter pendant six mois de l’année 2019 dans une école maternelle publique du nord de Paris, dans un quartier socialement mixte, avec à la fois des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures et des enfants d’employés et d’ouvriers, souvent issus de l’immigration. À côté de ça, j’ai complété l’enquête entre 2019 et 2021 sur deux autres « terrains » : il s’agissait d’une école privée dans l’Ouest parisien (avec presque exclusivement des enfants de chef·fes d’entreprises, indépendant·es ou cadres supérieur·es), puis d’une école publique située dans une petite ville rurale du sud de la France (avec là aussi un public relativement mixte, mais avec une surreprésentation d’employés, d’ouvriers et de professions intermédiaires, et avec quelques enfants d’agriculteur·ices).

Dans ces trois écoles, j’ai eu l’occasion de faire des observations dans l’ordinaire des activités scolaires, mais également à l’occasion de sorties liées au thème de la « nature » (dans des parcs, au bois, à la ferme, à l’aquarium, au jardin pédagogique, etc.). En parallèle, j’ai effectué des entretiens avec des parents que j’ai rencontrés dans ces différents contextes. Ces entretiens permettent de mettre en évidence les expériences drastiquement différenciées des enfants selon les positions sociales et ressources (matérielles et symboliques) de leurs parents, et le fait que les considérations sur l’importance de la « nature » dans l’éducation sont elles-mêmes socialement situées.

Enfin, dans les trois écoles, j’ai pu mettre en place des dispositifs plus originaux permettant de saisir les perceptions du monde naturel « à hauteur d’enfant ». Par exemple, j’ai confectionné des jeux de cartes sur les animaux, et sur les végétaux et minéraux, qui permettaient d’organiser des questionnaires ludiques avec les enfants, de les interroger sur leurs préférences et dégoûts pour certains de ces animaux ou éléments naturels, de leur demander à quelles occasions ils avaient pu les voir « en vrai », et avec qui. Dans la continuité de méthodes mobilisées par Anne-Cécile Ott et Clémence Perronnet, j’ai aussi organisé des activités de dessins commentés (enregistrées) sur le thème de la nature. J’ai pu observer non seulement le contenu des dessins enfantins, mais également le déroulement de ces activités (par exemple en documentant les processus d’imitation entre enfants, leurs jugements sur leurs dessins respectifs, leur incertitude – elle-même différenciée – sur ce que désigne la notion de « nature », etc.).

  • Quels sont les principaux résultats que tu souhaiterais mettre en avant ?

Je dirais que dans les grandes lignes, la thèse montre que la nature n’est pas, contrairement à ce que laisse entendre le sens commun (et un certain nombre de textes de pédagogie), aisément appropriable par des enfants naturellement curieux et spontanément intéressés. Ce n’est évidemment pas une surprise pour des sociologues, mais dans le cas des usages de la nature comme dans le cas des pratiques culturelles et artistiques (telles que les a étudiées Claire Desmitt[6] par exemple), l’apprentissage par les enfants de certains usages du monde socialement perçus comme légitimes ne va pas de soi. Apprendre à aimer la nature, à s’y intéresser, et à lui porter un intérêt qui soit spécifiquement orienté vers ses dimensions esthétiques, ou vers la connaissance détaillée des propriétés de certains de ses éléments, tout ça ne se fait pas tout seul. Cela suppose en réalité des formes d’éducation de l’attention, d’étayage par des adultes compétents et eux-mêmes intéressés, mais aussi la mise à disposition de certains supports et instruments de socialisation (comme les livres et encyclopédies, ou comme les loupes et instruments permettant la cueillette et le stockage des choses naturelles).

Dans les réflexions sur les vertus éducatives de la nature, on trouve parfois l’idée qu’il s’agit (contrairement aux biens commerciaux qui constituent le « marché » de la petite enfance) d’un bien « gratuit », facilement accessible (à portée de main). Or, à ce sujet il me semble important de rappeler, dans le prolongement de la littérature sur les inégalités environnementales, que tous les enfants n’ont pas les mêmes occasions d’expérimenter directement certains espaces naturels, ou de le faire dans les mêmes conditions. Les entretiens avec les parents le montrent clairement : tous ne sont pas égaux devant la possibilité de s’approprier les choses naturelles et de les convertir en biens éducatifs pour leurs enfants.

Pour finir, je dirais qu’un des résultats transversaux de la thèse, c’est l’idée que les choses socialement désignées comme naturelles servent bien souvent de supports privilégiés à la constitution et à la reproduction des différenciations sociales. Qu’il s’agisse du goût de l’effort en montagne ou du sens de l’observation en scrutant des insectes, d’apprendre à nommer les animaux ou de les considérer comme des personnages, de s’enthousiasmer pour la coupe des arbres ou de déclarer vouloir leur faire des câlins, ces différents apprentissages enfantins contribuent à (re)produire dans la pratique des rapports au monde socialement situés, des ethos de classe ou des dispositions genrées.

  • Quels sont tes projets pour la suite ?

Je viens de finir et de soutenir la thèse, donc c’est encore trop tôt pour le dire. Actuellement j’enseigne en tant qu’ATER à l’Université Sorbonne Paris Nord, et très concrètement, j’aimerais surtout trouver le moyen de continuer à enseigner la sociologie, si possible sur des questions liées à la socialisation, à l’enfance, et de manière pluridisciplinaire, en dialoguant avec l’anthropologie, la psychologie ou les sciences de l’éducation. Je continue cette année à participer à l’animation du séminaire « Sciences sociales de l’enfance », qui reprendra début 2024, et dans lequel on abordera des questions liées à la place du corps (entre « incorporations » et « performances ») dans les processus de socialisation. Quant à d’éventuels projets de recherche plus spécifiques, j’ai besoin d’un peu de temps pour « souffler » après la thèse et pour y réfléchir à tête reposée.


[1] Clémence Perronnet est une sociologue – consultante à l’Agence Phare (Clémence Perronnet – Consultante – Chercheuse – Agence Phare | LinkedIn) qui a publié de nombreux textes sur le goût et les dégoûts des sciences (Clémence Perronnet – Centre Max Weber – UMR 5283 (centre-max-weber.fr) (NDLR)

[2] Anne-Cécile Ott est une géographe/sociologue spécialiste de l’enfance et des représentations du monde (Anne-Cécile OTT – Géographie-cités (cnrs.fr)). Elle travaille actuellement sur le projet « Du Monde d’Avant au Monde d’Après (Anne-Cécile Ott : une postdoctorante entre monde d’avant et le monde d’après | Sciences Po Centre de recherche sur les inégalités sociales) (NDLR)

[3] Dont un article scientifique a été publié dans la revue Genèses : VITORES Julien, « Les enfants aiment-ils naturellement les animaux ? Une critique sociologique de la biophilie », Genèses, 2019/2 (n° 115), p. 30-52. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2019-2-page-30.htm https://www.cairn.info/revue-geneses-2019-2-page-30.htm (NDLR)

[4] https://www.theses.fr/076513351

[5] Voir notamment à ce sujet, l’article publié récemment dans le numéro de La Revue française de pédagogie consacré à Jean-Claude Chamboredon : VITORES Julien, « À l’école buissonnière : l’éducation « par la nature » et ses implicites », Revue française de pédagogie, 2022/4 (n° 217), p. 43-54. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2022-4-page-43.htm (NDLR)

[6] Claire Desmitt est une sociologue spécialiste du rapport à l’art des enfants : À propos – Claire Desmitt (wordpress.com) (NDLR)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
RT50 Socialisations (21 décembre 2023). Portrait de jeune chercheur : Julien Vitores, “La socialisation par la nature” Socialisations . Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pp4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search