Portrait de jeune chercheuse : Amélie Pouillaude , “Socialisation et évaluation des corps en twirling bâton et en gymnastique rythmique”

Quel est le sujet de ta thèse ? 

Ma thèse s’intitule « Performances esthétiques. Socialisation et évaluation des corps en twirling bâton et en gymnastique rythmique ». Plus concrètement, je m’intéresse à la socialisation des pratiquant·es de deux sports de compétition à visée esthétique, le twirling bâton et la gymnastique rythmique (GR). Je propose d’y intégrer une sociologie du jugement en m’intéressant à la fois aux trajectoires sociales des juges et à leur manière de juger en acte. L’ambition est de coupler une socialisation par le bas, au plus près des pratiquant·es, lors des entraînements et des compétitions, et une socialisation que j’appellerais plutôt par le haut, via les juges et les processus de jugement qu’ils et elles mobilisent en compétition.

J’ai débuté ma thèse en octobre 2018 et l’ai soutenue en décembre 2023, au sein du Clersé, à l’université de Lille, sous la direction de Manuel Schotté et Aurélia Mardon. Initialement, j’ai un cursus plutôt STAPS, à Nantes, et je me suis orientée finalement sur le tard vers la sociologie. Ce sujet marquait une forme de continuité par rapport à ma pratique sportive : j’ai pratiqué le twirling bâton pendant plus de 20 ans, et je suis juge depuis 2017.  En somme, j’ai commencé à faire de la sociologie en m’intéressant au sport. 

En tant que pratiquante et juge d’abord, puis en tant que sociologue, deux questions m’ont animée. La première, c’est lorsque j’entendais les commentaires des autres juges : « Oh, qu’est-ce qu’elle est belle ! Qu’est-ce qu’on a envie de la regarder ! » Et je me disais : Pourquoi sur ces femmes particulièrement ? Qu’est-ce qui fait que ces femmes sont belles ? Qu’est-ce qu’un beau mouvement ? Une seconde source d’étonnement était que plus on va vers le haut niveau en twirling, plus on trouve de femmes belles, c’est-à-dire conformes aux canons esthétiques des sociétés occidentales : plutôt apprêtées, très minces, grandes. Donc je voulais objectiver les mécanismes de sélection des corps et donc comprendre comment on en est arrivé, finalement, à privilégier ces critères de sélection, alors même qu’aucun élément qui figure dans le système de jugement ne fait explicitement mention de ceux-ci.

Comment mobilises-tu la sociologie de la socialisation dans ton travail ?  

Mon ambition était de coupler une sociologie de de la socialisation et une sociologie de l’évaluation. Ces deux dimensions fonctionnent ensemble, parce que les pratiquant·es sont fortement socialisé·es aux et par les barèmes. Lorsqu’on forme des pratiquant·es à l’entraînement, on se réfère au code de pointage, qui définit comment doit être réalisée telle ou telle figure. Pour comprendre les processus de socialisation à la pratique, il fallait étudier le jugement des corps.

Mon cadre théorique est celui d’une sociologie dispositionnaliste, croisé avec les études de genre et un cadre intersectionnel. Les milieux que j’ai étudiés sont fortement féminisés, marqués par la norme hétérosexuelle, et les carrières y sont très courtes. La plupart des pratiquant·es commencent à 3-4 ans et arrêtent entre 20 et 30 ans. Cela est dû, évidemment, à la diminution des capacités physiques, aux volumes d’entrainement, mais aussi au fait que l’on devient moins désirable physiquement à partir d’un certain âge.  

Comment as-tu enquêté sur ce terrain ?

J’ai enquêté sur deux clubs, un club de gymnastique rythmique dans le nord de la France et un club de twirling dans l’ouest de la France. En twirling, j’avais cette double entrée de pratiquante et de juge, tandis qu’en GR, j’étais tout à fait étrangère au terrain. Donc j’ai étudié la GR pour nourrir une comparaison raisonnée, soit pour confirmer mes résultats sur le twirling, soit pour mettre en lumière les différences entre deux pratiques pourtant similaires d’un point de vue proprement technique. En twirling, j’ai mené des observations directes et participantes durant plus de 5 ans, en tant que pratiquante, entraîneuse bénévole ou juge. En GR, j’ai observé directement entraînements et compétitions. Ensuite, j’ai réalisé 43 entretiens avec des pratiquant·es de différents niveaux, des entraîneurs et des juges des deux disciplines. Finalement, les observations participantes n’étaient pas suffisantes pour saisir les critères de jugement. En effet, derrière la table, les juges partent du principe que chacun·e partage les mêmes catégories d’appréciation si bien qu’elles ne sont pas explicitées. Donc j’ai eu recours à la photo-élicitation, une méthode qui a été beaucoup utilisée en anthropologie, notamment en anthropologie visuelle. J’ai sélectionné un corpus de photographies de pratiquant·es trouvées sur Internet, en faisant varier les corps présents sur les photos. Je les ai ensuite soumises au juge à la fin de l’entretien biographique, en demandant ce que cette photographie leur évoquait. Et donc là, j’ai récolté des discours qui portaient sur l’apparence physique, sur la posture, etc., ce qui m’a permis d’objectiver les grilles de lecture des corps. J’ai également mobilisé les barèmes de notation ou encore les supports de détection des corps utilisés chez les jeunes. Et enfin, j’ai réalisé des questionnaires d’appoint auprès de 70 pratiquant·es, afin de pallier l’absence d’informations sur les pratiquant·es, étant donné que la fédération de twirling ne récolte pas de statistiques. Cela m’a permis d’objectiver la différence de recrutement social entre les deux disciplines. Le twirling recrute beaucoup plus chez les classes ouvrières et les employé·es, tandis que la GR est beaucoup plus présente chez les professions intermédiaires et les cadres comme le montre la thèse de Sylvia Visentin.

Quels sont les résultats que tu tires de cette enquête ?

L’intérêt de la comparaison entre le twirling et la GR est qu’elles se situent toutes deux à la frontière des mondes de l’art et du sport, tout en présentant de fortes dissemblances. Déjà, au niveau de leur institutionnalisation : la GR est une discipline olympique depuis 1984, ce qui témoigne d’une certaine reconnaissance dans le milieu sportif. Et puis, le fait d’être olympique a eu une incidence sur le code de pointage. La part de l’artistique a diminué (3 points sur 20), parce que ce qui tient à l’esthétisme est perçu comme subjectif et donc difficilement évaluable. Dans le même temps, les exigences techniques ont augmenté. Là où c’est intéressant, c’est que la notion de l’artistique, de l’esthétisme, des formes, s’est déplacée : un beau mouvement est devenu un beau corps, une belle gymnastique est devenue une belle gymnaste — élancée, harmonieuse, gracieuse. Les normes esthétiques, qui sont genrées, s’imbriquent avec les normes de performance. A contrario, le twirling n’est pas encore olympique ; et à l’heure actuelle, les possibles en matière artistique y sont plus ouverts.

Carrières sportives

Le premier résultat est, que les pratiquant·es débutent très tôt la pratique, entre 3 et 6 ans pour la moitié d’entre elleux, que ce soit au twirling ou en GR. Très souvent, la mère a pratiqué le twirling, ou les majorettes, ou s’investit dans un club de twirling. Cela contraste avec d’autres modes de socialisation au sport. Julien Bertrand a par exemple montré que dans le cas du foot, se fait beaucoup entre hommes. Ensuite, les pratiquants de GR et de twirling connaissent des freins familiaux et institutionnels à l’entrée dans la pratique parce qu’elle n’est pas conforme à leur classe de sexe. Les pratiquants hommes doivent souvent faire un autre sport avant de pouvoir s’adonner au twirling ou à la GR, ce qui rejoint les résultats de Joël Lallier sur la danse classique.

Une fois en club, les pratiquant·es de twirling et de GR ont pas du tout les mêmes chances de poursuivre la carrière, ni de la coupler avec le parcours scolaire. Cela est à comprendre au regard de la reconnaissance institutionnelle du sport, justement. Au twirling, il n’y a pas de dispositif sport-études, avec un parcours aménagé. Par contraste, en GR la plupart des enquêté·es qui ont pratiqué à bon, voire à haut niveau, sont passé·es par des classes à horaires aménagés. Par ailleurs, au twirling, et contrairement à la GR, le sport est envisagé comme une voix de de professionnalisation, par les pratiquant·es, notamment parce que c’est un milieu dans lequel elles et ils se sentent légitimes. Elles et ils se pensent plus facilement entraîneur·se, coach sportif ou professeur·e d’Éducation Physique et Sportive. Ces projections différenciées sont liées aux propriétés sociales des pratiquant·es, et à leurs dispositions scolaires.

Les personnes qui veulent se reconvertir dans le milieu ont deux voies : entraîner ou juger. Au twirling, les juges sont plutôt des personnes dont le niveau sportif était moins bon, alors qu’entraîner est plus valorisé symboliquement. En GR, le jugement est vu comme une activité complémentaire à l’activité d’entraîneur : on apprend à juger pour savoir ce que pense un juge, et ainsi mieux entraîner. Dans ma thèse, j’ai essayé d’objectiver la socialisation au rôle de juge : comment en viennent-ils et elles à travailler leur hexis corporelle, leur manière de se tenir à table, de cacher leurs émotions, pour paraître professionnel·les aux yeux du public et des juges dominant·es dans l’espace.

Socialisation corporelle et évaluation des corps

Si l’on revient sur le terrain de la socialisation, on peut affirmer que pour les entraîneur·ses de twirling ou de GR, le principe est de former des corps apprêtés, allongés, flexibles et contrôlés. Donc évidemment, ça passe beaucoup par l’entraînement et la répétition, et ce dans les deux disciplines. En revanche, le degré de conformation demandé par les entraîneurs est plus important en GR. Quand on évalue en gymnastique rythmique, on part du parfait, c’est-à-dire de 10 sur 10, et on enlève des points à chaque fois qu’on voit une erreur (une pointe ou un genou pas tendu, etc.). Au twirling, on part de l’acceptable, et on peut pénaliser (comme en GR) mais aussi bonifier la souplesse, la rapidité, etc. Cela fait que les modèles corporels sont plus variés en twirling.

Même si le code de pointage est identique chez les femmes et les hommes, en pratique les femmes sont davantage orientées vers des éléments techniques qui demandent souplesse, amplitude, équilibre, alors que les hommes sont orientés vers des mouvements qui nécessitent plus de force et d’explosivité, comme les sauts par exemple. Donc, même si le cadre n’est pas genré à l’origine, les entraîneur·ses, elleux, instaurent cette différenciation. De la même manière, les entraîneur·ses pensent les femmes davantage travailleuses mais moins capables de contrôler leurs émotions, alors que les hommes sont perçus comme beaucoup plus performants, plus compétiteurs, capables d’improviser, etc. Aussi, les femmes qui veulent être visibles et valorisées par les entraîneur·ses et les juges doivent passer par le travail de l’apparence physique et de la forme du corps (apprentissage d’une coiffure, d’une manière de se vêtir, entretien de la minceur).

La pratique sportive oriente vers des configurations différentes de la féminité, pour prolonger les réflexions entamées par Raewyn Connell et James Messerschmidt. La gymnastique rythmique reprend les codes de la bourgeoisie, avec une population qui, d’ailleurs, adhère à ces codes-là. Au twirling, la population est bien différente du point de vue du recrutement social, donc l’apprentissage de ces normes-là se fait à tâtons et la conformation n’est pas toujours efficace. L’apprentissage du travail de l’apparence se fait sur le tas, auprès des pairs, auprès des entraîneur·ses. Le rapport d’âge est ici très important :ce sont les plus âgé·es qui les éduquent les plus jeunes à la conscience de leur corps et aux techniques d’embellissement.

Si les pratiquantes de twirling sont à 90 % des femmes, j’ai étudié des cas d’hommes en contrepoint. Dans le travail sportif, les hommes sont beaucoup plus facilement excusés que les femmes. Lorsqu’ils ne sont pas conformes au code de pointage, par exemple avec des jambes pas assez tendues, les juges ont tendance à considérer que parce que c’est normal qu’ils soient plus « crades », comme c’est dit sur le terrain, moins minutieux. Plus généralement, les hommes sont beaucoup plus valorisés que les femmes. C’est le même mécanisme que Clotilde Lemarchand décrit au sujet des hommes dans les carrières stéréotypiques : quand il y a des hommes, on fait attention à eux pour qu’ils restent. Par ailleurs, la présence d’hommes sur le praticable élargit les possibilités chorégraphiques par la mise en scène de l’hétérosexualité. On va pouvoir mettre en scène un certain romantisme, raconter des histoires d’amour, les hommes vont pouvoir porter les femmes.

Finalement, au twirling, la domination masculine tient parce que si on regarde du côté des entraîneurs et des juges, on observe un escalator de verre (Williams, 1989 ; 1992) : si les hommes sont minoritaires, ils parviennent tout de même à se hisser au niveau des postes les plus rétributeurs socialement et symboliquement.

Es-tu engagée dans d’autres recherches en lien avec la socialisation ?

J’ai entamé, avec des chercheuses dans le champ des STAPS (Carine Guérandel, Aurélia Mardon, Julie Thomas et Charlotte Parmentier), ainsi qu’avec François Feliu (ingénieur d’études au Centre Max Weber), une recherche qui porte sur les danses à deux, soutenue par un financement de l’INJEP. L’idée est de voir ce que les déplacements des normes de genre et de sexualité font aux pratiquant·es de danses de couple et à la manière de les enseigner. On s’appuie sur une enquête qualitative sur le forro, le lindy hop, la salsa et le tango, et le retraitement statistique secondaire des données des enquêtes nationales sur les pratiques physiques et sportives (ENPPS) et les pratiques culturelles.

Pour en lire davantage :

Pouillaude, Amélie. « Au-delà de l’apparence : les coulisses du travail sportif des pratiquantes de twirling bâton à travers le prisme de l’âge », Agora débats/jeunesses, vol. 90, n° 1, 2022, p. 103-114. URL : https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2022-1-page-103.htm


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
RT50 Socialisations (8 janvier 2024). Portrait de jeune chercheuse : Amélie Pouillaude , “Socialisation et évaluation des corps en twirling bâton et en gymnastique rythmique” Socialisations . Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pp7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search