Portrait de jeune chercheuse : Rébecca Lévy-Guillain, “La Culture du consentement”

Portrait de Rebecca Levy-Guillain

Rébecca Lévy-Guillain est doctorante en sociologie. Elle soutient le 11 juin 2024 sa thèse intitulée « La culture du consentement. Recompositions des rapports de genre et de la sexualité depuis MeToo » sous la direction de Marie Bergström (INED) et Marta Domínguez-Folgueras (CRIS, SciencesPo).

Comment en êtes-vous arrivée à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ?

J’ai réalisé ma thèse à l’école doctorale de Sciences Po Paris et à l’Ined dans d’excellentes conditions institutionnelles. Mes trois premières années ont en effet été financées par un contrat doctoral de l’Ined et la dernière par un demi-financement de quatrième année par l’Ined ainsi que par un poste d’assistante de recherche à mi-temps au sein du projet collectif ENVIE soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche portant sur la vie affective et sexuelle des jeunes adultes.

J’ai commencé ma recherche d’abord dans le cadre de mon mémoire de master en 2019, peu de temps après le début du moment MeToo, dans un contexte où la question du consentement commençait à gagner de la visibilité dans les débats publics. À l’époque, je savais déjà que je souhaitais travailler sur les rapports de genre dans les relations amoureuses et sexuelles. Or la multiplication des discours dans lesquels le consentement était présenté comme très important m’intriguait. J’avais le sentiment que ce consensus apparent ne permettait pas de saisir ce qui se jouait dans la sexualité. En 2020, dans mon projet de thèse, je disais travailler sur le consentement sexuel sans savoir précisément ce que cela signifiait.

Pendant longtemps, mon objet de recherche est resté flou et ce n’est que tardivement que j’ai décidé de parler de « culture du consentement ». Celle-ci désigne l’ensemble des représentations, valeurs et normes qui véhiculent une vision constructiviste de la sexualité, promeuvent un idéal égalitaire, déprécient les scripts sexuels érotisant l’insistance masculine, et enfin prescrivent des comportements (demander, dire « non » en cas de désaccord) et en proscrivent d’autres (forcer, céder).

Je me suis alors intéressée aux façons dont la diffusion de cette culture du consentement reconfigure les rapports de genre et la sexualité hétérosexuelle, en prêtant notamment attention aux recompositions différenciées selon la classe et la génération. Plus précisément, j’ai cherché à répondre à trois questions. Dans quelle mesure et comment la diffusion de la culture du consentement bouleverse-t-elle les modèles de masculinité et de féminité valorisés et dévalorisés ? Dans quelle mesure et comment impulse-t-elle des transformations au niveau des scripts sexuels ? Quels sont les freins aux changements de comportements encouragés par cette culture ?

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ? Comment mobilisez-vous la sociologie de la socialisation dans votre travail ?

Pour aborder ces questions, j’ai articulé trois ensembles théoriques :

Les outils de la sociologie de la socialisation m’ont été utiles pour comprendre les conditions sociales d’adhésion à la morale sexuelle égalitaire. C’est en examinant les parcours de vie des femmes et des hommes que l’on peut repérer les expériences socialisatrices lors desquelles elles et ils acquièrent de nouvelles manières de penser. En l’occurrence, cette recherche m’a conduite à prendre au sérieux l’effet socialisateur de certains événements fonctionnant comme des chocs émotionnels et provoquant chez les individus concernés un désajustement de leur système de dispositions antérieur.

Par ailleurs, la sociologie de la socialisation permet de mieux appréhender les difficultés rencontrées par les femmes pour refuser les rapports sexuels dont elles n’ont pas envie. En analysant les dispositions acquises par les femmes au cours de l’enfance et de l’adolescence qui s’activent en situation sexuelle, on comprend pourquoi l’affirmation de leurs désirs et de leurs limites face à leurs partenaires n’est pas chose aisée. Cette recherche a notamment mis en évidence le rôle de trois dispositions : les dispositions au désir, les dispositions au décentrement de soi et les dispositions à l’évitement du conflit.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? (données, déroulement de l’enquête)

Ma recherche est fondée sur trois ensembles empiriques :

  • Un corpus hétéroclite de sources écrites et audiovisuelles mobilisées pour saisir le contenu de la culture du consentement ;
  • Un corpus de mails envoyés par les auditeurs du podcast Les Couilles sur la Table à Victoire Tuaillon mobilisés pour enrichir les matériaux concernant les hommes qui, lors de périodes réflexives, s’aperçoivent avoir « forcé » une ou plusieurs de leurs (ex)-partenaires ;
  • Et 130 entretiens biographiques menés entre avril 2019 et mai 2022, pour la plupart à distance, auprès de 67 femmes et 63 hommes hétérosexuel·les âgé·es de 18 à 65 ans.

Afin d’interroger des personnes qui ne sont pas particulièrement sensibilisées aux questions de consentement et aux idées féministes, qui ne disposent pas de trajectoires sexuelles atypiques, et qui appartiennent à différents milieux sociaux, j’ai publié une annonce présentant la recherche de façon large comme une enquête sur la sexualité dans une centaine de groupes Facebook réunissant entre autres des habitant·es d’un même village ou d’une même ville de France, des étudiant.es, des parents, des grands-parents, des supporters/rices de football et de rugby, des mères célibataires, des professionnel·les partageant une même occupation, des joueurs/euses de jeux de société.

Les entretiens étaient composés de deux parties. La première était de type biographique : les enquêté.es étaient amené·es à retracer leur parcours de vie, depuis leur petite enfance jusqu’à leur situation actuelle. J’entamais cette première partie de l’entretien en demandant aux personnes interrogées comment elles avaient découvert la sexualité. Puis je les invitais à décrire dans un ordre chronologique les connaissances qu’elles avaient, au fil du temps, acquises sur la sexualité, les contextes d’exposition au sujet (discussions, consultation de produits culturels etc.) ainsi que les situations sexuelles vécues que celles-ci s’inscrivent dans des relations conjugales, dans des relations type « plan cul » ou qu’il s’agisse de relations d’un soir. Chaque étape du récit était aussi l’occasion de revenir sur des aspects plus généraux de leur vie pour comprendre dans quels environnements sociaux elles et ils se situaient à ce moment-là. La seconde partie, significativement plus courte, portait sur les opinions des interviewé·es concernant la sexualité, les inégalités entre les sexes, le féminisme.

Quels sont vos résultats que vous tirez de cette enquête ?

D’une manière générale, cette enquête montre que la diffusion de la culture du consentement se caractérise par la popularisation d’une morale sexuelle égalitaire produisant des effets inégalitaires et par une forte injonction à la réflexivité. Les inégalités entre les sexes en matière de sexualité ne découlent dès lors plus seulement des comportements adoptés au cours des interactions mais aussi de ce qui se passe au niveau de la vie psychique : elles sont étroitement liées aux opérations de pensée dans lesquelles s’engagent les femmes par rapport à celles dans lesquelles s’engagent les hommes.

Une reconduction de la répartition masculin-sphère publique et féminin-sphère privée

Elle montre d’abord que se diffuse actuellement dans l’espace public une morale sexuelle égalitaire adossée à une lecture constructiviste de la sexualité. Selon cette perspective, les différences entre sexualité masculine et sexualité féminine ne sont pas naturelles et donc inéluctables mais résultent de l’organisation de la société et plus précisément, des rapports de pouvoir asymétriques entre les femmes et les hommes. Cette morale véhicule dès lors un ensemble de normes genrées : aux hommes de respecter le consentement de leur partenaire ; aux femmes de respecter leur propre consentement. Ces normes portent aussi bien sur les comportements à adopter dans les interactions (centrés autour de l’idée de communication) que sur les opérations de pensées dans lesquelles s’engager au niveau de la vie psychique (en lien avec l’analyse émotionnelle et le rapport critique à soi), si bien que la morale égalitaire tend à reconduire la répartition masculin-sphère publique et féminin-sphère privée : les hommes sont encouragés à se focaliser sur les émotions de leurs partenaires et donc à regarder vers l’extérieur tandis que les femmes sont incitées à scruter leurs propres émotions, c’est-à-dire à se plonger dans elles-mêmes.

Le rôle des violences symboliques dans la diffusion de la morale sexuelle égalitaire

La culture du consentement est de plus en plus influente. En effet, au niveau individuel, les hommes et encore davantage les femmes sont de plus en plus nombreux/ses à s’approprier la morale égalitaire. À partir du moment où elles jugent légitimes les discours sur le consentement et qu’elles se trouvent dans une configuration relationnelle ou amicale favorable, les personnes interviewées ont tendance à devenir sensibles aux nouvelles normes, notamment à la suite d’expériences au cours desquelles elles ont vécu des violences symboliques durables ou intenses. Parmi les nouvelles générations en particulier, ce ne sont plus uniquement les personnes appartenant à la fraction culturelle des classes moyennes et supérieures qui sont concernées.

Le poids des stéréotypes et des dispositions dans l’inertie partielle des comportements sexuels

La recherche montre ensuite que, quelle que soit leur morale de référence, les femmes interrogées participent souvent à des rapports sexuels alors qu’elles n’en ont pas envie, et les hommes enquêtés sont dans la majorité des cas en charge des interactions sexuelles. L’enquête révèle que la persistance de ces phénomènes est liée au poids des dispositions incorporées de façon différenciée par les filles et les garçons dès l’enfance et l’adolescence, et à la force des stéréotypes genrés continuant de circuler dans l’espace social.

De nouvelles formes de contrôles de la sexualité des femmes

Chez les individus adhérant à la morale sexuelle égalitaire, les situations dans lesquelles les femmes ont pris part à un rapport sexuel alors qu’elles n’en avaient pas envie produisent toutefois des dissonances psychiques. En prenant conscience qu’ils transgressent les attentes normatives auxquelles pourtant ils se réfèrent, les individus tirent des conclusions identitaires négatives. Ils éprouvent alors des émotions de honte et de culpabilité et se dévalorisent. Un tel effritement de l’estime de soi provoque des effets sociaux dont notamment une perte d’assurance sociale à l’origine d’une perte de prestige au sein des sociabilités et dans les situations de séduction et plus généralement une tendance à la paralysie et une contraction de la latitude d’action. L’ampleur de ces effets n’est pas identique pour tout le monde. D’une manière générale, les femmes vivent plus intensément les dissonances psychiques que les hommes. Parmi elles, celles qui ont vécu des violences symboliques au cours de leur enfance ou de leur adolescence et qui n’entretiennent pas de lien de proximité avec les outils et techniques de la psychologie s’engagent dans des spirales d’autodévalorisation plus durables.

Pour mettre en cohérence leurs conduites sexuelles avec leur idéologie, les femmes concernées mettent alors en œuvre un travail de soi pour apprendre à « s’affirmer » et ainsi se conformer à l’idéal de la femme « émancipée ». Elles déploient notamment des efforts pour décoder leur désir en amont des rapports sexuels, ce qui les conduit à intensifier l’analyse de leurs sensations de façon à s’assurer de l’authenticité de leur envie. Ce thermomètre de l’envie restreint in fine l’éventail des conduites sexuelles qu’elles peuvent adopter. Ce faisant, l’enquête montre que le contrôle de la sexualité des femmes persiste mais revêt de nouvelles formes, ne s’exerçant plus seulement par un processus externe d’étiquetage et de relégation des sociabilités mais aussi par un processus d’autoexclusion et d’autoprivation.

Un regain de prestige de la part de certains hommes mal à l’aise socialement

Un autre résultat de la thèse est que quel que soit leur morale sexuelle à laquelle ils se réfèrent, les hommes interrogés développent des discours de présentation de soi qui mettent à distance la figure du « forceur » et les attributs qui lui sont associés (irrespect des femmes, brutalité etc.). En développant de tels discours, certaines catégories d’hommes gagnent du prestige dans leurs cercles de sociabilités. Au sein des nouvelles générations, le statut social des hommes aux discours plutôt progressistes s’améliore tandis que celui des hommes aux discours les plus conservateurs semble plutôt se dégrader. Parmi ces jeunes hommes aux discours progressistes, ceux qui sont mal à l’aise socialement (car timides ou peinant à décoder les implicites) semblent être moins stigmatisés qu’auparavant et connaître une nette amélioration de leur statut social.

Êtes-vous engagée sur d’autres recherches en lien avec la socialisation ?

J’ai commencé il y a quelques mois une recherche individuelle par entretiens biographiques portant sur les relations d’emprise amoureuse qui se caractérisent par l’alternance de périodes « chaud-froid », au cours desquelles les individus disent avoir fait l’expérience de « montagnes émotionnelles ». L’idée est de m’intéresser, d’une part, aux dispositions acquises par les femmes et les hommes concerné.es qui ont rendu possible l’engagement et le maintien dans de telles relations ; et, d’autre part, de prendre au sérieux l’effet socialisateur des premiers moments dans la relation. Cette recherche est l’occasion pour moi d’approfondir la question des effets socialisateurs des violences symboliques, que j’ai déjà effleurée dans le cadre de ma thèse.

Pour aller plus loin :



Citer ce billet
RT50 Socialisations (2024, 18 avril). Portrait de jeune chercheuse : Rébecca Lévy-Guillain, “La Culture du consentement” Socialisations . Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://rt50.hypotheses.org/373

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search